Forum d'aide aux victimes de harcèlement scolaire


    Mon témoignage

    Partagez
    avatar
    Aragatz
    Membres

    Messages : 27
    Date d'inscription : 24/08/2013
    Age : 39
    Localisation : Vendée, Poitiers avant

    Mon témoignage

    Message  Aragatz le Dim 25 Aoû - 9:45

    Je vais essayer de faire assez court (vu que j'ai tendance à faire long, pour un peu je réécrirais presque mon livre !) :
    Fille unique, parents ensemble (maman au foyer et papa architecte, pas de difficultés financières, grande maison et appartement de vacances dans le sud), très gâtée et ne manquant de rien matériellement ni affectivement. Ca c'est le côté socioprofessionnel.
    Pour le côté scolaire, très bonne élève sauf en maths, technologie et sport (et pour cause, je déteste ça et n'en ai jamais pratiqué > sauf un peu de natation, ni danse), donc jamais première, mais ayant plutôt "la place de bronze". Intelligente et cultivée mais pas Einstein.
    Physiquement, sans être Miss Univers, pas mal, blonde aux yeux bleus et teint d'albâtre, mince mais pas maigre, grande mais pas géante, porteuse de lunettes (mais jamais d'appareil dentaire)
    De psychologie/personnalité/caractère, j'étais un peu "originale" de par mes goûts, idées, opinions, mode de vie. Discrète, polie, très timide, pas très défensive, gentille mais au point d'être "trop bonne poire", sérieuse, passionnée mais j'exprime mes passion de façon étrange, très exagérée, très exaltée, exclusive. Phobique des escargots (mais les araignées et les souris ne me font aucun effet)
    Toutes ces données cumulées, et adolescence jouant (tant pour moi que les autres) m'ont valu au collège toutes sortes d'insultes, rejets, mépris, moqueries, brimades, ignorance, isolement. Pas de violence physique mais davantage des grosses farces lourdes (que je raconterai en tachant là aussi de résumer) et surtout violence verbale et psychologique. Y compris de certains profs ! Et sous l'indifférence totale du personnel éducatif non enseignant (CPE, surveillants, proviseur...) se contentant de donner à mes parents de vagues conseils consistant à arrêter de me surprotéger-couver-pourrir-gâter, m'apprendre à me débrouiller et régler mes problèmes seule, "apprendre la vie" etc...
    J'étais toujours "trop" ceci ou "pas assez" cela, mais jamais dans leur critères de groupe, n'adhérant pas forcément à la dictature ambiante de la pensée unique, même en faisant des efforts pour me fondre dans le moule pour être enfin acceptée, et même si ça ne correspondait pas à mes propres critères et valeurs, gommant la moindre différence. Mais rien ne changeait, car ce n'était pas moi, ça "sonnait faux", ils le sentaient bien et continuaient leur méchanceté à mon égard.
    Résultat des courses : à force d'accumuler, de prendre sur moi, j'ai fini par craquer, pleurer (quand je me retrouvais toute seule, c'est-à-dire de + en + souvent), et mes résultats jusque-là très bons se sont effondrés en 3ème (ça avait déjà commencé à baisser en fin de 4ème), m'isoler. Et je devais faire face aussi à la même époque, d'un autre côté, à un deuil assez particulier (dont je parlerai aussi + tard, mais qui du vivant de la personne me valait des moqueries), qui n'a rien arrangé.
    Et sur le + long terme, j'ai enchaîné les redoublements : 3ème, 2e, Terminale L et 1ère année de fac psycho. Et ce bien que je sois partie dans un collège-lycée privé (de mon propre choix) tenu par des religieuses et presque exclusivement féminin (selon sections), bien que j'y aie été + heureuse et beaucoup moins embêtée (mais la tendance à être visée restait toujours un peu en trame de fond).
    Psychologiquement, les dépressions, avec le pessimisme, la peur de l'avenir (professionnel et sentimental), la méfiance, le manque de confiance en moi, la détestation de moi-même, la solitude, le célibat prolongé, la peur de plein de choses...
    Et l'échec scolaire ayant entraîné celui estudiantin, puis professionnel, je n'ai presque jamais travaillé, ni trouvé de voie qui m'intéressait en dehors de la psycho, et aussi la peur de revivre au travail sous une autre forme le harcèlement déjà vécu à l'école, ma fragilité aggravée par le 1er harcèlement n'aurait fait que continuer à attiser le 2ème...
    Comme je l'ai raconté dans un autre post, j'ai valsé de psychiatres en psychologues depuis mes 15 ans (j'en ai 35) et je continue encore aujourd'hui. Et je pense que mon suivi durera encore longtemps !
    Ma seule réussite, c'est de m'être mariée à un homme très bien et très gentil, compréhensif, sérieux, patient, respectueux et bien élevé

    nevali
    Membres

    Messages : 21
    Date d'inscription : 17/06/2014

    Re: Mon témoignage

    Message  nevali le Mar 17 Juin - 15:41

    Merci pour votre témoignage. Vous êtes très courageuse et je suis contente que vous ayez trouvé l'amour. J'espère qu'il vous donner la force et le courage de vous en sortir.Ecrire vous aide à vous libérer? Faire des études de psycho ne vous pas aider à reprendre confiance en vous?
    avatar
    Aragatz
    Membres

    Messages : 27
    Date d'inscription : 24/08/2013
    Age : 39
    Localisation : Vendée, Poitiers avant

    Re: Mon témoignage

    Message  Aragatz le Mer 18 Juin - 13:08

    Oui heureusement je suis tombée sur un brave homme gentil, compréhensif, patient et respectueux, nous nous sommes mariés il y a 6 ans, et j'espère que ça va durer encore longtemps... Et pourtant, j'ai harcelé moi aussi... Mon idole ! Ex harcelée au collège donc, une "personnalité" (du monde scientifique) que j'appréciais depuis quelques années et que j'ai eu l'occasion de connaître en vrai et par mail a été du jour au lendemain désagréable avec moi la dernière fois que je l'ai vue (alors que j'étais pourtant sympa). En fait, alors que cette personne a 76 ans, lorsque je l'ai vu la 1ère fois en vrai, j'en suis tombée... Réellement amoureuse, alors que j'étais mariée depuis à peine 1 an !
    Cherchant des explications suite à cette triste 4ème et dernière rencontre avec lui (à chaque fois pendant des conférences, à la fin au moment des signatures d'autographes), voyant mes tentatives vaines, j'augmentais la fréquence des mails et rapprochais les intervalles (avant c'était un ou 2 mails par mois, pas plus), et au fil de ces répétitions, je devenais presque agressive moi-même en proportion au fait que la frustration de ne jamais savoir pourquoi n'était pas surmontée...
    Et j'avais mis sous le coup de la colère moi aussi un commentaire quasi méchant sur un site de livres à propos d'un livre que ma victime/idole avait écrit il y a quelques années. Un collaborateur de mon idole, qui m'avait déjà mise en garde et fait promettre de ne plus jamais lui écrire (j'ai tenu parole, ça fait environ 8 mois) contre le conseil de voir un psy, l'a vu récemment (le commentaire, bien antérieur à son injonction, a été écrit en Février 2013) et j'ai dû en catastrophe demander au site de retirer d'urgence le commentaire (fait aussitôt par le site), mais le collaborateur a fait une capture d'écran et voulait le montrer à mon idole. Je lui ai supplié de ne rien faire, lui ai dit ma demande de retirer le commentaire méchant au site qui l'avait fait de suite, et promis d'aller voir les gendarmes. Ma victime/idole a connu un peu ma situation de par nos anciens échanges de mails (je ne travaille pas et mon cancer récent m'empêchant définitivement d'avoir des enfants, je suis guérie maintenant mais c'est déjà une grosse punition pour moi) donc ayant compris que je n'avais pas les moyens de payer un avocat ni une éventuelle amende de dédommagement pour harcèlement et diffamation, n'a jamais porté plainte. Et effectivement, j'en ai parlé à un gendarme de ma connaissance qui ne m'a pas fait la morale comme je le craignais mais m'a enjoint d'écrire à ma victime une lettre d'excuses via son agence scientifique et qu'il n'y avait pas de raison de m'arrêter si ma victime ne portait pas plainte. Ce que je n'ose pas faire de peur que ma victime, rien qu'en voyant l'expéditrice (moi), y voie encore du harcèlement avant de savoir et me fasse cette fois passer à la casserole !
    Si mes proches savaient que je m'intéressais à la personnalité en question, il n'ont jamais su ce qui s'était réellement passé et ne doivent jamais le savoir car du fait de la célébrité de ma victime (même modeste car hors showbizz), un scandale aurait pu éclater et être médiatisé (même sans faire forcément la une, mais paraître dans un recoin de colonne de journal, ce dont je ne voulais pas non plus)...
    Un cercle vicieux que je reconnais, regrette et assume car je ne suis pas méchante du tout en temps normal, et je me rends compte après coup que j'ai fait trinquer à partir d'un simple malentendu à mon idole qui n'y était absolument pour rien 20 ans de colère rentrée suite au harcèlement scolaire dont j'ai été victime pendant presque toutes mes années collège et m'avait fait naviguer de dépression en dépression nerveuse depuis mes 15 ans (j'en ai 36 actuellement). Alors je suis mal placée pour donner des leçons de tolérance et de respect...

    nevali
    Membres

    Messages : 21
    Date d'inscription : 17/06/2014

    Re: Mon témoignage

    Message  nevali le Dim 29 Juin - 8:58

    J'espère que ça durera longtemps, vous le méritez Smile Vous êtes complétement guérie? C'est super je suis très contente pour vous. Il a lu votre lettre d'excuse? Vous regretez et assumez je pense que c'est une des pls belles preuves de bon sens de votre part. Vous êtes encore en dépression? C'est un grand plaisir de vous lire et de voir toutes les conséquences que peu avoir le harcèlement. Merci de nous faire partager votre expérience.
    avatar
    Aragatz
    Membres

    Messages : 27
    Date d'inscription : 24/08/2013
    Age : 39
    Localisation : Vendée, Poitiers avant

    Re: Mon témoignage

    Message  Aragatz le Dim 29 Juin - 9:02

    Justement je n'ai pas osé lui envoyer la lettre de peur qu'il y voie encore un harcèlement rien qu'en voyant mon nom en en-tête et avant même de savoir qu'il s'agit d'excuses sincères car il sentira que c'est la fois de trop...

    nevali
    Membres

    Messages : 21
    Date d'inscription : 17/06/2014

    Re: Mon témoignage

    Message  nevali le Dim 29 Juin - 9:50

    Si vous lui envoyez au pire qu'il la prend comme la fois de trop il va la jeter sans la lire mais si il pense que c'est la fois de trop et qu'il compte faire quelque chose pour vous arrêter il prendra le temps de la lire. Je pense que vous n'avez rien à perdre. Que vous conseille votre mari?
    Ou si vous mettez excuse ou un truc de ce genre dur l'enveloppe. Enfin vous faîtes comme bon vous semble
    avatar
    Aragatz
    Membres

    Messages : 27
    Date d'inscription : 24/08/2013
    Age : 39
    Localisation : Vendée, Poitiers avant

    Re: Mon témoignage

    Message  Aragatz le Mer 25 Nov - 15:19

    J'ai raconté mon expérience d'ex harcelée ici : http://www.7apoitiers.fr/enquete/1670/l-enfer-dans-la-cour-de-recre

    Contenu sponsorisé

    Re: Mon témoignage

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 18 Déc - 2:54